Le développement durable : un élément de notre ADN !

Centré de par ses activités et sa posture sur les questions de société, d’éthique et de sens, l’ISA a clairement inscrit dans son ADN les gênes du Développement Durable (DD) et de la responsabilité sociétale.

Du DD dans l’ensemble de nos activités !

Nos engagements DD quotidiens, suivent le Référentiel DD-RS de la CGE-CPU. Ils sont formalisés au sein de notre politique RSE dénommée SWITCH Policy, et se structurent autour de nos 3 domaines d’activités principaux :

  • La recherche : les thématiques couvertes par nos 5 équipes, recouvrent de nombreux enjeux sociétaux : gestion durable des sols contaminés –via le LGCgE-, ville durable –via nos contributions au sein de la Chaire Energie Habitat Environnement et de ADICité-, agriculture durable, santé –au sein des équipes Charles Viollette-, aménagement du territoire, circuits courts… –via le Grecat ;
  • La formation : 50 de nos diplômés bac+5 annuels, ingénieurs et masters, sont spécialisés en sciences et techniques de l’environnement et font de leur passion pour l’environnement et plus globalement le développement durable, leur métier ; parmi eux, environ 10% ont suivi en amont de façon volontaire le cursus du Label Humanité (parcours co-créé et co-géré avec HEI, ISEN et ICAM) centré sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ;
  • L’amélioration des pratiques internes, afin de limiter les impacts environnementaux et sociétaux inhérents à nos activités. Cela passe par notre certification ISO 14001 (voir focus dédié), mais aussi par l’amélioration de nos pratiques de mobilité (ISA et Yncréa Hauts De France ont par exemple été lauréats en 2016 et 2017 du Challenge Européen du Vélo à l’échelle de la Métropole de Lille), par la mise en place d’une politique d’achats durables, par la mise en place d’une équipe spécialisée sur le handicap, par la mise en place de dispositifs facilitant l’accueil de tous les étudiants (notamment internationaux) et par l’animation de journées dédiées (semaine européenne de réduction des déchets, semaine du développement durable, semaine du handicap…).

Des résultats probants

Depuis 2011, la mise en place de notre système de management environnemental nous a permis de réaliser ..

-26%

de notre consommation totale en électricité

-22%

de notre consommation totale de gaz

-32%

de notre consommation totale en eau

7

tonnes de papier carton recyclé

Focus sur notre certification ISO 14 001

L’ISA depuis 2011, est la 3ème école d’ingénieur française à obtenir la certification ISO 140001 sur un périmètre d’activités complet (après l’ENSCP de Bordeaux et l’INP-P de Grenoble).

Signe de reconnaissance de nos engagements en matière d’environnement, intelligible par l’ensemble du monde économique, en France comme à l’international, l’ISO 14001 constitue le cadre de référence de nos actions environnementales, auditées annuellement par SGS, leader mondial du contrôle et de l’inspection.

Un projet d’établissement

L’objectif de notre engagement « ISO 14001 » est d’améliorer en continue notre empreinte environnementale de fonctionnement, en cohérence avec nos domaines, en en faisant un projet fédérateur, exemplaire, et contributeur de notre développement. Chaque année, des étudiants de l’ISA participent à des études, projets ou actions en lien avec notre démarche de management environnemental, et prennent part aux audits externes

Aussi, même si notre système de management environnemental s’appuie sur une équipe d’une dizaine de personnes y exerçant des responsabilités (pilotes de processus, auditeurs internes, référent environnement au sein des promotions), il s’agit avant tout d’un projet d’établissement, rassemblant l’ensemble de nos parties prenantes, des administrateurs aux étudiants, car tous sont en prise avec des impacts environnementaux.

6 domaines d’actions prioritaires

Les actions à mener concernent de multiples niveaux d’intervention (nos achats, l’exploitation de nos bâtiments, nos déplacements…) et se déclinent autour de 6 axes :

  1. L’amélioration de la gestion de nos déchets ;
  2. La réduction de nos consommations d’énergie (électricité et gaz) ;
  3. La réduction de nos consommations d’eau ;
  4. La réduction de nos consommations de papier ;
  5. La réduction de notre empreinte carbone et l’amélioration de la qualité de nos rejets dans l’air ;
  6. La préservation de la biodiversité.

Evolution de notre démarche

4 grandes étapes marquent concrètement l’évolution de notre approche « DD » :

  • de la création en 1963 jusqu’en 1992, la période des initiatives, comprenant notamment la création d’une association étudiante centrée sur la solidarité et le développement international, toujours active aujourd’hui : le GEDAM (Groupe d’Etudiants pour le Développement de l’Agriculture dans le Monde). A son actif, plusieurs projets pluriannuels (Togo, Madagascar, Arménie…) et de nombreuses actions de solidarité locales ;
  • à partir de 1992, et de façon assez visionnaire alors, la création d’un pôle spécifique de formation et de recherche dédié à l’environnement et à l’aménagement du territoire, structurant notre approche dans ces domaines et donnant naissance par exemple à la formation Environnementaliste (Licence et Master) dès 1993 ;
  • à partir de 2011, l’amélioration de notre empreinte environnementale de fonctionnement (en tant que site) par la mise en place d’un système de management environnemental certifié ISO 14001, nous ayant par exemple permis de réduire d’environ 25% nos consommations d’énergie, et de 30% nos consommations d’eau (sur notre bâtiment principal entre 2011 et 2017, à effectifs croissants) ;
  • à partir de 2016, la mise en place d’une politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) formalisation nos engagements sur les champs environnementaux, économiques, sociaux et sociétaux, à l’échelle de l’ISA, et d’Yncréa Hauts-de-France.

De par l’urgence des enjeux actuels, de par notre cheminement, et de par notre ADN donc, nous souhaitons continuer à être un acteur engagé de cette nécessaire transition énergétique et sociétale, à l’échelle régionale (au sein du dispositif REV-3) et internationale, faisant nôtre la phrase de Ban Ki-moon prononcée notamment lors de la COP21 à Paris en décembre 2016 : « No plan B, as there is no planet B ».