L’ISA Lille, une école engagée pour le futur de l’agriculture

Agriculture   Publié le 29 05 2018

Les challenges à relever par le monde agricole sont nombreux compte-tenu des attentes de la société (environnement, traçabilité, sécurité alimentaire, développement durable …).
De plus, les nouvelles technologies sont une réalité pour beaucoup d’agriculteurs qui ont des besoins multiples et il n’est pas toujours facile de trouver les compétences adaptées pour faire face à la demande.

L’ISA de Lille se positionne comme un acteur majeur dans l’accompagnement de ces évolutions, tant en pédagogie, pour anticiper les métiers de demain, qu’en recherche, pour contribuer à la transition agro-écologique.

L’agriculture connectée fait partie intégrante de la troisième révolution industrielle. C’est le cœur de métier de l’exploitant et du monde qui l’entoure qui s’en retrouve modifié. Elle bouleversera les métiers des futurs ingénieurs, qu’ils travaillent en coopératives, négoces, chambres, organismes techniques ou grandes entreprises du secteur. L’ISA de Lille a très vite saisi l’importance de cet enjeu et adapte donc en permanence ses programmes pour former les ingénieurs agricoles de demain.

« Agriculture, filières et territoires » : un cursus professionnalisant

L’ISA accueille les étudiants postbac pour un cursus en 5 ans. Il est également possible d’intégrer le cursus après un Bac + 2, notamment par la voie de l’apprentissage.

Le cycle ingénieur se termine par deux années de spécialisation. La spécialisation « Agriculture, filières et territoires » réunit chaque année près de 80 étudiants : un peu plus de 50% en formation initiale, 10% en contrat de professionnalisation et près de 40% en apprentissage. Elle permet aux étudiants de suivre notamment un module axé sur l’agriculture de précision.

Un écosystème d’entreprises partenaires depuis plus de 50 ans

Depuis sa création dans les années 1960, l’ISA a su développer un maillage territorial fort avec les entreprises de la région Hauts-de-France. L’école est ainsi mandatée pour des projets de recherche auxquels participent les étudiants. En 4ème et 5ème année, ces derniers devront répondre pendant au moins 13 semaines à une problématique professionnelle pour valider leur diplôme.

Deux récents projets remarquables :

  • Le projet Smart Farming for Input Mitigation

Porté par les entreprises Carré, financé par FranceAgriMer, en partenariat avec Bonduelle et Weenat, ce projet visait à travailler sur la réduction des intrants en agriculture (eau et herbicides).

  • Le projet OAD Azote

Financé par l’Agence de l’eau Artois-Picardie, porté par l’ISA, en partenariat avec le groupe Carré, l’Institut de Genech et l’INRA de Laon, ce projet – d’une durée de 4 ans –  a pour vocation de comparer le cycle azote à l’échelle d’une rotation orge, colza et blé.

Une nouvelle formation !

Les profils mixtes seront de plus en plus recherchés. L’ISA de Lille et l’ISEN Lille croisent leurs expertises et lancent un nouveau parcours qui permettra aux futurs étudiants d’allier la biologie et le numérique.

Avec une arrivée directe en postbac, « Numérique et Biologie » rassemblera les étudiants autour d’un tronc commun de 3 ans pour acquérir des connaissances dans les deux secteurs. A l’issue de la 3e année, les étudiants auront le choix entre une intégration à l’ISEN Lille ou à l’ISA Lille en 4ème année pour se spécialiser, notamment en smart farming (agriculture connectée), élevage de précision (bien-être animal, bâtiment d’élevage connecté…) pour l’ISA. La première promotion fera sa rentrée en septembre 2018.

Un contexte marqué par une forte demande sociétale pour une agriculture durable et une alimentation saine

Un de nos axes de recherche est la mise au point de moyens de protection respectueux de l’environnement et de la santé humaine, comme l’utilisation des produits de biocontrôle : bio-fongicides ou stimulateurs de défense des plantes. Ces derniers agissent comme un vaccin activant la résistance de la plante contre le champignon, réduisant ainsi le recours aux produits phytosanitaires de synthèse.

L’utilisation des produits de biocontrôle pour lutter contre les maladies du blé permet d’accompagner les producteurs à relever le défi d’une production saine et suffisante pour les consommateurs. L’expansion de ce marché motive les industriels du secteur et les instituts techniques agricoles à recruter les ingénieurs spécialisés dans les sciences agricoles comme ceux formés à l’ISA.

 

L’ambition des ingénieurs et des enseignants-chercheurs de l’ISA Lille est résolument tournée vers les grands enjeux agricoles, agroalimentaires et environnementaux de demain !