Odile BRENNE, promotion 7

Assistante chef de service « Eau »

Mon passé d’étudiante ?

Après avoir passé mon bac F6 (chimie) dans un lycée technique en 1989, j’ai réalisé mon BTS Chimie à Armentières. En 1991, j’ai commencé à travailler en tant que technicienne de laboratoire à l’Institut Pasteur de Lille. Tout d’abord, je travaillais dans le laboratoire des eaux usées toxiques puis dans celui des micropolluants organiques. Ensuite, j’ai souhaité m’investir davantage dans mon travail en ayant par exemple plus de responsabilités, et donc faire un travail plus intéressant.

Ainsi à 28 ans, j’ai repris mes études et suivi la formation Environnementaliste, car j’appréciais la pluridisciplinarité de la formation. A l’époque, la formation se déroulait sur deux ans avec une maîtrise en fin d’études.

J’ai réalisé mon 1er stage au centre de recherche des sites et sols pollués à Douai. Ensuite, je suis revenue à l’Institut Pasteur pour mon autre stage, d’une durée de 6 mois, comme « Cadre Assistant » pour réfléchir à la création d’une cellule « offre-devis ». Cela consistait à répondre à des appels d’offres et faire des devis et prévision de chiffres d’affaires. J’ai été formée pour cela au Code des marchés publics.

Mon parcours après la formation ?

La formation Environnementaliste m’a servi à acquérir beaucoup de notions environnementales. Ces notions, ajoutées à mes quelques années d’expérience m’ont permis de retourner à l’Institut Pasteur. J’y ai donc reçu plus de responsabilités et ai pu acquérir le poste d’Assistante chef du service « Eau ». A l’heure actuelle, j’occupe toujours ce poste.

L’Institut Pasteur de Lille (IPL), en quelques mots ?

Il a été créé en 1899. L’Institut a toujours travaillé dans le domaine des analyses d’eau, dans les secteurs agroalimentaires, industriels et agricoles. Il regroupe maintenant plusieurs pôles tels que le pôle « Expertise » (secteurs de l’eau, de l’alimentation, et de l’hygiène hospitalière), le pôle « Recherche », le pôle « Santé » et le pôle « Formation ». Aujourd’hui, l’IPL travaille en collaboration avec les DRIRE et les DDASS pour des contrôles sur sites (exemple : prélèvements de boues, d’eaux usées). Depuis 2004, l’IPL se regroupe au niveau national avec d’autres laboratoires pour former un groupe reconnu, ainsi que pour faire face à une nouvelle concurrence (activités soumises au Code des marchés publics).

Mon quotidien ?

Au départ, j’étais seule dans mon secteur. Aujourd’hui, nous sommes quatre personnes. C’est un poste assez transversal car je suis en relation avec les clients et les responsables des différents laboratoires. La charge de travail est plus importante en fin d’année du fait de l’augmentation des offres de marchés publics à cette période. Ma charge de travail varie donc en fonction des offres du marché. Je reçois, par le biais de l’Institut, des formations complémentaires sur les marchés publics et en commercial. C’est un travail de bureau assez sédentaire.

Les atouts et contraintes de mon poste ?

La communication et l’échange avec mes collaborateurs sont deux atouts pour mon travail. En ce qui concerne les contraintes, je ne suis pas maître de mon timing, cela dépend des demandes : certaines doivent être traitées plus rapidement que d’autres. Il faut aussi être disponible et ne pas hésiter à faire des heures supplémentaires.

Mon évolution dans le service ?

Je souhaiterais m’investir davantage dans la vie stratégique de l’Institut Pasteur, surtout au niveau financier et sur les prévisions de budget. Egalement, de plus en plus, je contribue à la formation d’autres filiales, surtout dans le domaine des marchés publics.

Mes conseils aux Enviros ?

Bien choisir son stage évidemment et mettre en avant les modules de la formation si cela est nécessaire pour postuler à un stage ou à un emploi.  Ne pas hésiter à montrer vos dossiers de projets faits pendant la formation : cela montre que vous savez travailler en groupe et que vous savez prendre des responsabilités…

Portrait réalisé en décembre 2008 par l’association Enviro’Network.